newtest
DSC_0007.JPG
Capture d’écran 2022-03-05 à 4.08.20 PM.png
animation1.gif

The sound of 1940's mute plates on sticks, F9 (1/9) 2021

SEED

''La première graine n'a profondément aucune origine précise connue. C'est le mystère de l'oeuf et de la poule, sporadique du paléozoïque, de l'époque où le sol ne formait qu'une grande île. Les temps se sont brisés en plusieurs milliards d'années et la graine reste cet organe qui dans l'attente n'est co-dépendante de rien - ou peut-être d'une surface où s'oublier en attendant le réveil.

 

En état de suspension, se préparant à l'éventualité d'une rencontre avec le sol sur lequel elles iront s'accrocher, rassemblant les possibilités elles traversent les heures qui s'accumulent et les corps confrontés.

 

Borderline parasites mais sans conception des limites.

 Implantées dans le flux, comme l'eau des rivières paraissant disparaitre dans les grands fleuves, les mers et les océans mais qui persiste en pluie. Pourraient-elles s'endormir dans le vide de l'espace sans jamais s'éteindre?

 

Descendraient-elles comme des comètes sur des terres dont la finalité ne nous resterait qu'inaccessibles?

 

Survivraient-elles à l'incendie?

 

Elles se transforment mais ne reviennent pas car les lieux n'ont d'intérêt que par leurs qualités géologiques. Leur fin n'est connue qu'au moment où le choix est de rester et d'entrelacer leurs membres parmi la foule d'individus qui leur sont semblables, transperçant les roches et l'argile, qui n'avaient d'autre choix que de se soumettre.

 

Même le béton, armé de certitudes métalliques et de solitudes sous compressions est encore friable, de toutes les interstices par lesquelles le vent fuit, où la lumière passe, le fruit des deux s'en échappe.

Elles se répandent comme une trainée de poudre, comme une rumeur qui gonfle et s'épuise. Un mythe. Des semences, ne restent que les histoires de terres, qui passent de mains en mains et de serveurs à serveurs, avant la nouvelle greffe, dont la formule s'écoule par les tubes, les câbles et les cathéters, relachée SEED dans un réseau de conduits sur toute la surface du sol, des toiles tissées de connexions neuronales.

 

Il n'est plus question d'ordre des choses car celles ci ne forment qu'une seule unité s'organisant autour d'une cellule qui finit par devenir lieu. 

 

Comme on jetterait des miettes de pain aux oiseaux, elles attirent le relief et alimentent les sous-réseaux, les communautés périphériques, les proto-cultures qui s'accrochent et ne font qu'un, avec cette écologie du flux et de l'hypervitesse, en mouvement, relativement perceptible.

 

Elles sont les fondations de ces lieux à plusieurs faces, holographiques et polarisés, solidaires, reliés par un filet dont la fibre danse encore avec toutes tentatives de localisations anticipées. Données, datas, et fichiers deviennent biens publics et propriétés partagées par une connexion longue afin de nourrir le flux. C'est un échange à valeurs égales au sein d'une bande passante, comme celle qui s'infiltre parmi les racines de tous les individus enlacés.Un flux d'émissions d'informations essentielles transmis par les zones de friction. Des porosités tentaculaires pour qui les problématiques de surface au sol importent peu.

 

Quelles valeurs le contenant peut-il défendre face à celles du contenu? l'un se fera absorber par l'autre comme deux fœtus à l'aube d'une naissance. Les frontières n'ont plus aucun sens, vidées par le rhizome qui les a remplacées. Ces câbles qui ont germé de la cellule source prennent parti pour les galeries souterraines. Celles qui secouent l'espace indisponible, qui détruisent tout, qui remuent la terre pour traditionnellement planter ensuite. On parle gestes techniques, qui lancent les premières pierres hors des murs, hors du contexte, fragments par dessus les parcelles.''

SEED, Lecture-Performance avec Blanche et Louise Lafarge, KEEPING THE SEEDING RATES AT THE CROSSROADS,

Atelier Saegher, 2021

''Ada is a female demonic spirit, usually considered as having her origin from the eastern heaven. She could appear in various forms (anthropomorpic, zoomorphic, she is able to take the forme of houshold goods) and is very harmful for children (..) The word ada (mong.) is used in modern mongolian and mean obstacle, when its root takes  the suffix having the meaning of together, but it could also  mean capable. In the myth about ada we find an important about the evil; it originate from the eastern heaven, from that part belonging to the eastern malevolent god Ataa Ulaan'' Agnes Birtalan, Systematization of the concept of demonic in mongolian folk religion, 2006.

1/2

Border-Fences, borders-objects. Regions borders. Only keeping the edges of the puzzle.

Reading of an extract of Pia Arke essay Ethno-Æsthetics, written in 1995.

b&w
white places
island
Hereandthen
ruins-1
agathe&tammy
wanderings
undergrounds
manifests